Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

GLYPHOSATE - EMPOISONNEMENT PLANETAIRE

GLYPHOSATE - EMPOISONNEMENT PLANETAIRE

GLYPHOSATE 

EMPOISONNEMENT PLANETAIRE 

Augmenté le 27 Juin 2020

RESUME
Depuis que le brevet de Monsanto est tombé dans le domaine public en 2000, une quarantaine de firmes se partagent la vente mondiale de 80 000 T (8000 T en France) d'Herbicides à Base de Glyphosate (H B G).
Jusqu'à cette date, Monsanto avait le monopole avec la marque Roundup : le Glyphosate avec ses additifs.
En 2015, le Centre International Contre le Cancer (C I R C) classe les formulations de Glyphosate avec leurs additifs de « cancérogène probable ».
Peu après, les agences d'homologation, E F S A pour l'Europe et l' A N S E S en France, les classent « cancérogène peu probable », pour ne pas se déjuger d'avoir en son temps homologué le Glyphosate...mais sans ses additifs ! En effet, les agences d'homologation se fient majoritairement sur les études fournies par les firmes. Monsanto a donc à l'époque minoré la toxicité du Glyphosate. C'est le binôme qui est dangereux puisque ce sont les additifs (surfactant, tensioactif, émulsifiant...) qui font pénétrer la molécule de Glyphosate jusque dans les chloroplastes de la cellule végétale...et le génome de nos propres cellules.
Après quelques années d'utilisation du Roundup, les recherches indépendantes mondiales de laboratoire (in vivo et in vitro) mettent au grand jour, que la formulation complète du désherbant peut
engendrer chez l'homme des dérèglements du fonctionnement cellulaire  et en particulier de l' A D N avec des effets transgénérationnels.
L'épidémiologie confirme aussi par la suite que les personnes exposées (agriculteurs, riverains), ont une probabilité plus grande de contracter certaines maladies graves : cancers, malformations néonatales, perturbations endocriniennes, troubles du système nerveux...par rapport à la population normale.
L'étude « PestExpo »  menée par deux épidémiologistes,
confirme que les protections des agriculteurs sont peu efficaces, voire aggravantes pour l'exposition cutanée aux pesticides. Ce savoir « inconfortable », ignoré volontairement par l'industrie et les agences de régulation, explique au sujet du Glyphosate, leurs controverses avec le C I R C. La défense des industriels comme quoi les agriculteurs malades se protègent mal, ne tient plus. La responsabilité de la survenue de certaines pathologies chez les agriculteurs avec une fréquence supérieure à la normale, est renvoyée aux fabricants et aux agences d'homologation.
Les Etats-Unis et l'Amérique du Sud, fournissent malheureusement « un champ d'expérimentation » à grande échelle sur les utilisateurs de l'herbicide et sur les populations voisines des champs de Plantes Génétiquement Modifiées (P G M), résistantes au Glyphosate (soja, maïs ...), arrosées souvent par avion.
Une épidémiologie robuste, établie dans ces pays, donne la certitude que cette molécule avec ses additifs, provoque chez les personnes exposées une sur-incidence (2 à 4 fois plus élevée que la normale) de maladies graves.
Monsanto persiste néanmoins dans son choix de ne pas fournir d'études avec le désherbant complet, ni de tenir compte des recherches mondiales indépendantes sur la toxicité du Roundup et par la suite sur les autres H B G, autant que des données épidémiologiques.
Au contraire, à partir de 2015, ayant en vue la ré-homologation de 2017, la firme participe activement à la création de la « Glyphosate Task Force » (G T F). Plusieurs millions de dollars sont mis sur la table pour critiquer l'avis du C I R C établi dans la plus grande indépendance et pour mettre en place en Europe un lobbying puissant.
Tout est permis pour organiser « la manufacture du doute ». A savoir, qu'il y a deux vérités, celle de Monsanto et celle des scientifiques indépendants, souvent financés par les états.
Cette posture s'inspire du courant de pensée philosophique postmoderne des années 80. Il invite à douter voire à récuser la vérité, même si elle s'appuie sur des faits avérés voire irréfutables comme en la matière, l'épidémiologie. Les industriels du tabac, de l'amiante, du médicament...fournissent en effet des outils efficaces pour contrer la vérité et instiller le doute jusque dans les couloirs des institutions décisionnaires.
Pour la ré-homologation des H B G, la G T F a recours à des personnalités scientifiques en conflit d'intérêts et à des méthodes d'influence éprouvées, pour minimiser la toxicité des substances incriminées. C'est l'agence de lobbying Fleishman-Hillard qui est chargée de recruter des « influenceurs » et à travers des sociétés écrans, d'organiser la désinformation populaire planifiée (astroturfing).

La victoire, certes de justesse, obtenue en 2017 pour une ré-homologation de 5 ans, prouve l'efficacité de l'investissement dans la fraude scientifique (« science washing », « gostwriting ») et dans le trafic d'influence.
Les « Monsanto Papers », ces documents que la justice californienne, au décours de procès retentissants, a extirpés des archives informatiques de Monsanto, ont mis au grand jour le poids du lobbying avec ses méthodes sophistiquées. Ils ont surtout démontré que la firme a sciemment caché la toxicité de son produit. Ce qui lui vaut aux Etats-Unis 125 000 procédures et de lourdes condamnations financières pour dédommager des agriculteurs malades.

La guerre du Glyphosate restera un cas d'école supplémentaire de la résistance de l'industrie par les moyens les plus pernicieux d'une corruption organisée, pour différer une mesure de santé publique.

L'industrie laisse croire qu'elle est plus forte que les états, qu’elle est au-dessus des lois, pour garantir avec la complicité des agences de régulation, une rente substantielle générée sur le dos des populations exposées. Le lobbying sans limite et le mensonge de
Monsanto pour la ré-homologation des H B G, est l'illustration que la puissance financière de l'industrie peut s'avérer un fléau pour la démocratie.

Il se pose de façon aiguë et prioritaire la question de réformer au Parlement Européen et en France, les conditions d'homologation des substances chimiques de synthèse, particulièrement les pesticides de synthèse. En effet, leur épandage ne peut être ciblé uniquement sur la plante ; la terre, l'eau et l'air peuvent être des vecteurs pour les personnes exposées.

L'agrochimie trouve bien sûr un alibi dans sa lenteur à reconnaître la toxicité de ses pesticides de synthèse comme le Glyphosate, puisque l'agriculture française en particulier, le considère comme nécessaire pour répondre à des coûts de production toujours plus bas. Pris au piège d'un modèle industriel hautement « chimisé », promu depuis l'après-guerre, l'agriculteur n'a pas, le plus souvent, les moyens techniques et financiers d'envisager les alternatives qui s'imposent.
La précarité de la majorité des agriculteurs français (viticulteurs inclus) appelle une réforme profonde de notre agriculture.

Une lente mutation se fait avec l'arrivée de jeunes agriculteurs dont l'objectif n'est pas d'exploiter industriellement de grandes unités foncières mais au contraire de petites ou moyennes surfaces. Ils retrouvent certaines voies oubliées de l'agriculture de leurs aïeux et y associent des modèles écologiques certifiés.

En ce qui concerne le Glyphosate et les H B G, gageons que l'arrêt de leur utilisation ne se fera que sous la contrainte de la loi. Celle de l'interdiction, tant souhaitée par la société civile, qui devrait intervenir en 2022.
 

N B Pour faire un commentaire ou consulter les acronymes (abréviations) et la bibliographie, voir à la fin de l'article

N B Pour écrire un commentaire  ou consulter la liste des acronymes en fin

LE PARCOURS TRISTEMENT CELEBRE DE MONSANTO 

Créé en 1901, implanté dans 46 pays, le groupe de Saint Louis est devenu le leader mondial des Plantes Génétiquement Modifiées (P G M) avec l'herbicide Roundup qui leur est associé
La plupart des produits vendus par la firme agrochimique sont reconnus comme dangereux (1) pour la santé humaine.
Les brevets lui ont rapporté beaucoup d'argent ; certains d'entre eux l'ont conduite depuis 1987 devant les tribunaux et l'ont fait condamner à de lourdes peines.
Par des études de toxicité volontairement bâclées, au prix d'un lobbying à tous les niveaux, la firme s'interdit tout principe de précaution. Elle préfère indemniser les plaignants, bien plus tard quand les risques sont avérés - et les morts qui vont avec - et après que les énormes bénéfices sont engrangé
s.
La révélation en 2015 par le Centre International de la Recherche sur le Cancer (C I R C), confirmée aussitôt par l’Organisation Mondiale de la Santé (O M S), selon laquelle le Glyphosate associé à ses additifs est «cancérogène probable», a déchaîné un nombre colossal de plaintes aux Etats-Unis, en Europe et en France.
En 2017 les «
Monsanto Papers» qui témoignent des méthodes internes à l'entreprise pour récuser ce danger, n'ont fait qu'accélérer les procédures, plus de 20 000 aux Etats-Unis.
Après le rachat en 2018 de Monsanto par Bayer, l'inventeur de l'aspirine, les vendeurs sont partis les poches pleines (57 milliards €), « sans avoir révélé o
ù étaient les explosifs dans ce champ de mines ». Les actionnaires de Bayer n'ont pas tardé à réagir. Cotée à la bourse de Francfort, l'entreprise a perdu près de la moitié de sa valeur et vaut à peine plus que le prix consenti pour avaler sa cible.
Même si Bayer vient d'annoncer la disparition pure et simple de la marque Monsanto pour des raisons d'image dé
favorable, la firme n'a pas fini d'être empoisonnée par sa proie bien moins rentable que prévu.
En 2016 un Tribunal International Citoyen est mis en place à La Haye afin de poursuivre Monsanto pour crime é
cocide. Il déclare même que cette firme cherchant à se cacher chez Bayer, pourrait bien être rattrapée par son passé tristement célèbre et être condamnée pour crime contre l'humanité.

Pour des compléments d'information sur Monsanto, voir les émissions diffusées sur Arte de Marie-Monique Robin « Le Monde selon Monsanto » et « Du poison dans vos Assiettes ». Et aussi mon article sur ce même blog « O G M ». 

 

(1) 1902 La saccharine, édulcorant synthétique remplacé par les cyclamates puis l'aspartame, pour suspicion de dangerosité mais toujours autorisé en France (E 954).

1935 Le Pyralène (P C B), liquide industriel, retardateur de flamme, classé Polluant Organique Persistant (P O P) car non biodégradable, très dangereux pour la santé. Interdit en France en 1980.

1959 Le Lasso ou agent Orange (Vietnam), un défoliant qui émet la très dangereuse Dioxine. Interdit en France en 2007.

1974 Le Glyphosate, herbicide total, déposé sous la marque Roundup (rassembler, réunir en français…un grand nombre d’agriculteurs?), Polluant Organique Persistant (P O P), suspecté de cancérogenèse

1985 L'Aspartame (achat du brevet), édulcorant de synthèse, 150 fois le pouvoir sucrant du saccharose, suspecté d'effets négatifs sur la santé (E 951).

1993 Le Prosilac, hormone transgénique de croissance laitière, revendue à Eli Lilly pour présomption de dangerosité sur l'animal et l'homme.

1993 Soja Roundup Ready, 1er brevet de P G M, résistant au glyphosate. 

 

LES PERIPETIES DU GLYPHOSATE

 

Synthétisé en 1950 par le chimiste suisse Henri Martin, le Glyphosate reste sans application jusqu'à ce qu'on découvre en 1964 sa capacité à fixer des métaux. Cette aptitude est mise au service du détartrage de chaudières et de canalisations !

En 1970, J F Franz chimiste chez Monsanto découvre comment cette molécule bloque dans la cellule végétale, la synthèse de protéines nécessaires à la vie et s'avère être un désherbant total.

Alors que Monsanto ne vend que des désherbants sélectifs (2), ce nouveau produit laisse les dirigeants perplexes. Bien inspirés, ils déposent cependant le brevet en 1974 comme herbicide total. En 2010 un second brevet est déposé pour le Glyphosate comme antibiotique mais il est refusé.
L'avenir dira que Monsanto a eu le nez creux de breveter le Glyphosate, il touchera le jackpot !

En effet, en 1993 Monsanto dépose le premier brevet de Plantes Génétiquement Modifiées (P G M), le Soja Roundup Ready, résistant au Glyphosate, obtenu par transgénèse (3). Ensuite viennent sur le marché de nouvelles P G M : maïs, colza, tournesol, coton, betterave sucrière, pomme de terre, luzerne, peuplier...90% d'entre elles sont brevetés par Monsanto. Comme 80% de ces P G M sont conçues pour résister au Glyphosate (4), les ventes du désherbant progressent, particulièrement aux Etats-Unis (50% des surfaces agricoles P G M), en Amérique du Sud - Brésil (20%), Argentine (15%), Paraguay..., en Inde, au Canada, en Chine...- où le produit est très souvent diffusé par avion.

Par le biais de rachat de semenciers traditionnels, la firme devient le premier fournisseur mondial de semences. Si l'Europe n'avait pas réagi, Monsanto aurait pu devenir l'incontournable fournisseur de semences de la planète...à majorité génétiquement modifiées. Il n'empêche qu'une quarantaine de P G M sont autorisées par l'UE, y compris en France, comme aliments du bétail sous forme de tourteaux transgéniques (soja, maïs...) !

En 2000, le Glyphosate tombe dans le domaine public ; les grands de l'agrochimie se lancent dans l'aventure : Dow Agro Sciences, Syngenta, Pioneer, Bayer Crop Sciences...Une quarantaine de sociétés dans le monde fabriquent plusieurs centaines d'Herbicides à Base de

Glyphosate (H B G). Le marché s'annonce colossal : fournir la semence puis l'herbicide qui va avec, et tout cela pour ne pas labourer.
En 2002, le Glyphosate est homologué par l'Europe à l'unanimité de ses membres ; auparavant, il l'était pays par pays depuis 1991.

Avec la progression des cultures de P G M (5) dans le monde, les ventes d' H B G s'envolent et, un peu partout, la dangerosité de ces pesticides commence à être dénoncée.

De nombreuses études de toxicité indépendantes, dont le C I R C se fait l'écho en 2015, confirment que le Glyphosate associé à ses additifs (voir infra) est  « cancérogène probable ». Ce qui va à l'encontre de l'avis des organes réglementaires d'homologation, E F S A à l'Europe et A N S ES en France. Se basant sur les études de toxicité du glyphosate sans ses additifs, fournies par Monsanto et à partir de 2000 par l'union des fabricants (Glyphosate Task Force), ces organismes de régulation déclarent le Glyphosate « cancérogène peu probable »
Des lors, Monsanto va dépenser beaucoup d'argent à travers différents organismes de lobbying pour discréditer, entraver, déformer les conclusions du C I R C et détruire ce « savoir inconfortable ». Il s'agit de véhiculer la controverse scientifique pour construire, à destination du public, des décideurs règlementaires et des politiques, la gigantesque « manufacture du doute » (voir infra).

Une pétition européenne est signée par 1,6 million de citoyens pour demander le non-renouvèlement de l'homologation du Glyphosate et la réforme de la procédure d'évaluation. Malgré cela, la commission européenne le ré-autorise à 65,71 % des voix sur les 65 % requises, jusqu'en 2022 !
Victoire pour l'industrie, mais de justesse.

Selon le sondage SumOfUs de 2017, 80% des Français sont pour l'interdiction du Glyphosate.

Cette interdiction souhaitée est effective en France à destination des lieux publics depuis 2017, comme celle de la vente aux particuliers depuis 2019.

 

(2) Familles des triazines, des urées...

 

(3) Insertion d'un gène issu de la souche C P4 de la bactérie tellurique agrobacterium tuméfaciens. Ce gène code l'enzyme E P S P S capable de neutraliser les effets phytotoxiques du Glyphosate en l'empêchant d'atteindre sa cible.

(4) Les autres (20%) sont des P G M qui produisent par transgénèse un ou plusieurs insecticides. On a introduit dans le génome un ou plusieurs gènes d'une bactérie bacillus thurengiencis (Bt), qui diffusent en permanence une ou plusieurs protéines tueuses d'insectes (Cry). Ce sont des plantes dites « pesticides » comme le maïs Bt Monsanto 810 Cry 1 Ab. La dernière génération de P G M est dite à «nes empilés », avec la double vocation. Par exemple, le génome du maïs de SmartStax (Mon/Dow) a reçu deux gènes résistant à deux herbicides et six gènes produisant des insecticides contre la pyrale et la noctuelle !

(5) La surface mondiale de cultures P G M s'élève à environ 200 millions d’hectares, soit 14 % de la surface des terres arables (grandes cultures, cultures maraîchères, cultures permanentes, cultures fourragères, prairies artificielles...).

 

Voir suite du texte plus bas

 

 

CHIMIE ET MODE D'ACTION

 

Le Glyphosate C 3 H 8 N O 5 P est une molécule organique de synthèse (6), un amino-phosphonate composé d'un acide aminé (la glycine) auquel est greffé un groupement phosphonate, ce qui par contraction donne son nom.  

Le Glyphosate est faiblement dégradé après absorption par les plantes. Son seul métabolite significatif, tout aussi efficace, est l’acide aminométhyl-phosphonique (A M P A).  L’herbicide, sous ses deux formes, a tout le temps d’atteindre l’extrémité des racines et de produire son effet. De fait, sa concentration dans la plante peut augmenter au cours des pulvérisations successives. 

Non volatile, le Glyphosate circule cependant dans l'air, accroché aux particules fines.

Chélateur de métaux, il possède aussi une fonction antibiotique, ce qui n'est pas sans poser la question du développement de l'antibiorésistance de certaines bactéries.

Seul, il est peu efficace car il n'adhère pas aux feuilles et pénètre difficilement. Pour le rendre plus systémique, c'est à dire pour qu'il pénètre mieux la cuticule des végétaux, qu'il circule dans la sève jusqu’aux racines puis qu'il franchisse les barrières cellulaires jusqu'aux chloroplastes, on lui adjoint des additifs (tensioactifs, surfactants...) tenus secrets par les firmes. Ainsi devient-il, la marque commerciale Roundup par exemple, un herbicide total (non sélectif), à action généralisée sur les plantes annuelles ou pérennes. Pour ses premières homologations, Monsanto n'a fourni que des études de toxicité sur le Glyphosate et non sur le Roundup. Or certains additifs révélés par des analyses ultérieures sont reconnus plus dangereux pour l'homme que le Glyphosate lui-même (voir infra).

 

Comment est acquise la résistance au glyphosate ?

Les plantes possèdent des gènes du type E P S P S (7) qui codent des enzymes nécessaires à la synthèse d'acides aromatiques vitaux (7) pour la cellule. Le Glyphosate rend les enzymes inactifs et la cellule meurt.

Quand les biologistes de Monsanto découvrent la fonction antibiotique du Glyphosate, ils remarquent que certains microorganismes (bactéries, champignons...) lui résistent. Ces microorganismes possèdent en effet une variante du gène E P S P S dont l'enzyme n'est pas inactivé par le Glyphosate. D'où l'idée de réaliser en 1993 la première Plante Génétiquement Modifiée (P G M) à destination de l'agriculture, le soja Roundup Ready. Les biologistes insèrent dans le génome du soja, par une technique de transgénèse, le gène Cp4 E P S P S d'une bactérie Agrobacterium tumefaciens, très résistante au Glyphosate. Ce gène code l'enzyme Cp4 E P S P S fonctionnellement équivalent au gène E P S P S endogène mais insensible à l'herbicide.

 

(6) Le Glyphosate est une molécule hybride, hermaphrodite, dite zwitérionique : quel que soit le ph du milieu, elle possède deux charges électriques opposées (+ et -). Herbicide foliaire total, il est souvent utilisé sous forme de sel d’isopropylamine de N (phosphonométhyl) glycine, plus soluble dans l’eau que le Glyphosate.

(7) La 5-enolpyruvylshikimate-3-phosphate-synthase ou E P S P S est nécessaire pour la synthèse d'acides aminés aromatiques (phénylalanine, triptophane, tyrosine...). Ils sont la voie obligatoire pour élaborer des substances vitales : vitamines, hormones, chlorophylle...

 

UTILISATION

 

Avec près d’un million de tonnes par an, le Glyphosate, assorti de ses additifs est l'herbicide le plus vendu dans le monde. Depuis 1974, plus de 100 millions de tonnes auraient été pulvérisées sur la terre et sur les hommes ! Avec 8000 tonnes par an, la France agricole et surtout viticole n'est pas en reste.

Son efficacité et son faible coût (2 €/l) lui donnent d'être plébiscité dans de nombreux secteurs. Sa rentabilité économique est imbattable. On l'utilise comme défoliant en forêt avant de planter, dans les champs avant d'ensemencer (blé, orge, légumes, colza, lin, luzerne...) ; en arboriculture ou en viticulture ce qui évite de labourer, de faucher ou de pailler ; en Amérique du Sud pour éradiquer les plantations de coca...

Peu pratiqué en France, le traitement au Glyphosate des cultures proches de la maturité (blé, tournesol, colza, orge...) permet d'avancer la date de récolte dans des zones tardives. Cet emploi en pré-récolte ne fait que renforcer les résidus de Glyphosate dans les aliments concernés particulièrement dans le pain. Et même dans la bière (orge).

 

Explosion des ventes avec le développement des cultures de P G M.

Les cultures dominantes Roundup Ready (maïs, soja, colza…), sont de grandes consommatrices de Glyphosate principalement aux Etats-Unis, en Amérique du Sud, en Inde et en Chine.

Retour de bâton de cette agriculture industrielle controversée, une quarantaine d'adventices (mauvaises herbes telles que : ivraie, amarante de Palmer, liseron, ambroisie, ray-gras d'Italie, panic, plantains, vergerette, sorgho d’Alep...) sont devenues résistantes par plusieurs phénomènes adaptatifs: une augmentation de l’épaisseur de la cuticule et une mutation (amplification) du gène E P S P S que l’herbicide ne peut plus inhiber. Ainsi doit-on augmenter les doses de Glyphosate et l'associer à d'autres herbicides comme le 2-4 D ou le Dicamba (8) encore plus puissants que le Glyphosate.

Les H B G s’accumulent dans les P G M et les fabricants ne cessent de demander des augmentations de la Limite Maximum de Résidus (L M R) autorisée pour les aliments provenant de ces plantes. Selon les aliments, la L M R du Glyphosate varie de 0,1mg/kg à 20 mg/kg. Les valeurs les plus hautes reviennent aux P G M importées (maïs, soja) ou aux plantes subissant un usage du Glyphosate comme agent dessicatif avant récolte (lentille). Sur simple demande d’une firme agrochimique, l’ E F S A peut statuer pour l'augmenter, jusqu’à 50 fois!

L'Europe accueille mal les cultures transgéniques. Seul le maïs Bt Mon 810 Cry 1 Ab est homologué depuis 1998. La France en tête et huit autres pays (9) l'ont interdit. Sur les quatre pays qui en produisent, l'Espagne est leader avec 120 000 ha, puis vient le Portugal avec 7000 ha. Depuis 2012, l'hostilité communautaire voire citoyenne se traduit par une chute des P G M dans ces pays.

 

(8) Monsanto a développé un soja génétiquement modifié résistant au Dicamba

(9) Italie, Allemagne, Luxembourg, Irlande, Autriche, Hongrie, Bulgarie, Grèce

 

HOMOLOGATION DU GLYPHOSATE

 

L'homologation d'une substance chimique agro-alimentaire relève d'abord d'une autorisation européenne délivrée par l' E F SA, l'autorité européenne de sécurité alimentaire, European Food Safety Authority.

Chaque pays membre est libre ensuite de solliciter ou pas son utilisation. En France, l'Autorisation de Mise en Marché (A M M) est accordée par une instance de régulation nationale, l' A N S ES, Agence Nationale de Sécurité alimentaire, de l'Environnement et du travail.

L' E F S A a pour mission d'évaluer la substance concernant les avantages revendiqués et les risques pour la santé relatifs à son utilisation ou à sa consommation.

Jusqu'à ce jour, les décisions d'homologation européenne ou nationale se font à partir d'études fournies par les industriels ; des études non publiques et seulement sur la matière active, sans ses additifs tenus secrets.

N'étant jamais soumises à des experts publics indépendants, les études présentent toujours des monographies avantageuses où les bénéfices de la substance l'emportent largement sur les risques sanitaires. Même s’ils sont connus de l’entreprise, les risques, parfois graves pour la santé humaine sont tout simplement cachés.

On sait aujourd'hui que les tests de toxicité souvent sous-traités ne sont pas réalisés sérieusement ou parfois sont purement et simplement inventés. (Voir infra).

Les scientifiques en contrat d’expert avec les grandes firmes ont trop souvent tendance à cautionner les résultats d'études toxicologiques insuffisantes ou truquées. Leur statut relève du conflit d’intérêt.

Comment une entreprise qui investit pendant 5 à 10 ans des sommes importantes, jusqu'à 25 millions €, pour synthétiser un nouveau pesticide (de même pour un médicament), fournirait-elle des études qui iraient à l'encontre de son homologation ? On comprend qu'elle répugne à se référer à des études indépendantes aux conclusions gênantes pour la distribution du produit. Et tout cela au détriment des utilisateurs et des consommateurs.

 

Le verdict d’études indépendantes et celui de l’épidémiologie

Lorsque la substance est sur le marché, les O N G, les laboratoires indépendants publics ou privés… s’en emparent pour faire des essais selon les Bonnes Pratiques de Laboratoires (B P L). 

A la différence de ceux de Monsanto, les tests sur le Glyphosate sont effectués avec les additifs, sur le Roundup ou sur les autres spécialités (H B G) apparues après 2000.

Ils révèlent une toxicité pour l’homme à plusieurs niveaux et pour les écosystèmes vivants (Voir infra), attribuée au couple additifs-glyphosate faisant pénétrer l’herbicide jusqu’au noyau des cellules.

Après trois décennies d’utilisation, l’épidémiologie confirme les dangers que fait courir l'herbicide, principalement aux agriculteurs et aux riverains. Cette mauvaise nouvelle est devenue criante dans les pays où sont autorisées les P G M traitées avec le désherbant par avion.
Science nouvelle concernant la médecine agricole, l'épidémiologie alerte les institutions sur les failles de l'évaluation des dangers des pesticides. Ce qui explique la controverse entre le CIRC qui a eu accès à de nombreuses études mondiales (voir infra) et l'A N S E S et l'E F S A, qui jusqu'à récemment, les ont volontairement ignorées. Contrevenant au modèle routinier d'évaluation des risques par les agences basés essentiellement sur les études toxicologiques (voir infra), l'épidémiologie constitue pour elles
, « un savoir inconfortable », « une méconnaissance institutionnelle».

Pour expliquer ces données gênantes, ces organes de régulation, comme l'industrie, invoquent l'indiscipline des agriculteurs qui se protègent mal et l'inobservance des recommandations inscrites sur les étiquettes des produits chimiques.

A partir de 2001, deux chercheurs, épidémiologistes et expologues, Isabelle Baldi à Bordeaux et Pierre Lebailly en Basse Normandie, démontrent que le port des Equipements de Protection Individuels (E P I), ne garantit pas une réduction de l'exposition aux pesticides, mais, dans nombre de cas, l'augmente ! (7').

Volontairement ignorés aux débuts, ces travaux d'expologie ont fini par renvoyer la responsabilité de la survenue des maladies graves, non aux utilisateurs, de pesticides mais aux fabricants.

 

(7') Un demi-siècle après les Etats-Unis, ces deux chercheurs disposent des capteurs d'exposition (patch) à différents endroits du corps des utilisateurs qui préparent et épandent les pesticides. Ils  constatent que les substances pénètrent à travers les cabines pressurisées, migrent et s'accumulent sous et à travers (perméation) les habits, les masques et les gants. La voie prépondérante d'exposition est cutanée et non pulmonaire comme cela a été démontré outre-atlantique.


RE-HOMOLOGATION DES HERBICIDES A BASE DE GLYPHOSATE (HBG)

 

Déjà en 2013, l’Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale (I N S E R M) publie une expertise collective (1000 pages) sur le danger des pesticides, molécule par molécule. Elle porte sur une analyse critique et une synthèse de la littérature scientifique internationale. Un travail qui garantit l'exhaustivité des sources, la transparence et la qualification du travail scientifique. A cause de ses effets cytotoxiques, génotoxiques et perturbateur endocrinien, le Glyphosate est présumé avoir un lien (10) avec des maladies graves.

 

L’avis du CIRC, un coup de tonnerre mondial contre les HBG

Quand en 2015, Monsanto et la quarantaine de firmes, préparent le dossier de ré-homologation des spécialités de Glyphosate, la vérité scientifique circule.

Au même moment, le Centre International de Recherche sur le Cancer (C I R C), une émanation de l’O M S, déclare le Glyphosate et ses additifs, « cancérogène probable 2 A », le dernier échelon avant le rarissime cancérogène certain.

Le Dr Pierre-Michel Périnaud, président de l’association « Alerte Médecins Pesticides » écrit que cette affirmation est établie « selon un processus immuable depuis quarante ans. Une vingtaine de scientifiques de plusieurs disciplines (toxicologie, épidémiologie...) sont réunis par l’agence, sélectionnés sur leurs compétences et l’absence stricte de conflits d’intérêt avec l’industrie. Les opinions du C I R C bénéficient du plus haut niveau de reconnaissance dans la communauté scientifique ».

Il ajoute « l’avis du C I R C se fonde sur des études publiées  (11) dans des revues avec comité de lecture et excluent les études commanditées par les industriels, qui elles restent confidentielles».

Et que « depuis 2015 des études cas-témoins d’exposition professionnelle aux H B G conduites en Suède, aux Etats-Unis, au Canada, au Paraguay… ont montré des risques accrus de lymphome non hodgkinien (un cancer du sang) chez les travailleurs les plus exposés ».

La Californie et l’Organisation Mondiale de la Santé ont déclaré que le glyphosate est « probablement cancérigène pour les humains »

 

L’avis contraire des agences de régulation : E F S A et A N S E S 

Après des années d’utilisation d’une substance, lorsque l’épidémiologie mondiale délivre la vérité de sa toxicité, comme c’est le cas avec les H B G, les agences ont une position inconfortable. Pour ne pas se déjuger sur les homologations antérieures, elles préfèrent nier le verdict de la science indépendante (I N S E R M, C I R C…) et déclarer que le Glyphosate est « cancérogène peu probable ».

95 études sur 151 fournies aux agences de régulation proviennent des industriels regroupés dans la  « Glyphosate Task Force » et la majorité concernent le Glyphosate sans ses additifs ! Tenues confidentielles, elles ne sont pas vérifiées par des experts indépendants. De fait, les agences sanitaires déclarent que 1% seulement de ces études signalent le caractère génotoxique du Glyphosate.

On leur reproche de ne pas tenir compte de l'épidémiologie et des études de toxicité, émanant de laboratoires publics et privés indépendants portant sur le Glyphosate et ses additifs.  « Comment justifier que les preuves de non-cancérogénicité du Glyphosate reposent sur des données industrielles inaccessibles » s’insurge le Dr Pierre Michel Périnaud.

 

L’évaluation des risques pour la santé publique est à réformer.

La crise de confiance dans le système européen d’évaluation des risques des substances chimiques, appelle une réforme profonde. Les opposants aux pesticides de synthèse réclament depuis 1990 que l’industrie finance les études auprès de laboratoires indépendants choisis et contrôlés par les pouvoirs publics. Les élus ne doivent pas être au service d’intérêts privés par l’entremise des agences de régulation.

C’est à la puissance publique de révéler s’il en est, le caractère dangereux d’une substance chimique pour l’homme et son environnement. Car le principe de base de l’industrie lors des demandes d’homologation est la dissimulation sinon le mensonge.

En France, les A M M des produits phytosanitaires devraient relever de décisions conjointes des trois Ministères: Santé, Environnement et Agriculture. Or aujourd’hui, l’A M M ne dépend que du Ministère de l’Agriculture qui subit sur tous les plans la pression des agriculteurs conventionnels, favorables à la chimie, (F N S E A) et le lobbying forcené des industriels.

Ce n’est pas à la société civile de faire la preuve des dangers cachés d’une substance, à travers l’épidémiologie comme ce fut trop souvent le cas en agriculture, en pharmacie et ailleurs. 

L’interdiction d’un produit intervient trop longtemps après que sa dangerosité est démontrée.
Voir ci-dessous (12) quelques exemples d’interdictions en France de pesticides très dangereux, avec pour certains la durée d’utilisation.

 

(10) Moyen. Les molécules sont classées selon leur degré présumé de dangerosité : faible, moyen, fort.

(11) 65% des études issues de la recherche publique, et retenues par le C I R C, portent sur la formulation complète de l’herbicide. Sur les 191 études citées, 76% montrent un effet génotoxique du Glyphosate.

(12)  
Desherbants : Atrazine 1960 – 2003 ; Lasso (agent orange pourvoyeur de Dioxine fortement cancérogène) 1959 – 2007 ; Paraquat 2007 ; Alachlore 2006 ; Glyphosate (Roundup) 1975 – 2017, interdit seulement dans les lieux publics et pour les particuliers, les agriculteurs peuvent continuer à s'empoisonner à petit feu !

Insecticides : Dieldrine 1950 - 2004 ; Lindane 1942 - 2003 ; D D T 1940 – 1978 (en France) ; Chlordane 1960 - 1981 ; Chlordécone 2004 ; Néonicotinoïdes tueurs d’abeilles : Gaucho, Régent, Cruiser, Poncho…2018.

Fongicide : Arsénite de soude 1903 – 2001 (en France)

TOXICOLOGIE DES H B G
 

Pour augmenter l'efficacité du désherbant les firmes lui adjoignent des additifs dénommés « coformulants », tenus secrets : mouillant, stabilisant, solvant, dispersant, surfactant, émulsifiant, anti-mousse, transporteur...

De nombreuses études montrent que ces additifs sont plus toxiques encore que le glyphosate. Le P O E A (13), qui fut un constituant du Roundup et de plusieurs autres spécialités de Glyphosate, est interdit par la Commission Européenne (C E) depuis 2016.
Lors des demandes d'homologation, le secret industriel n'oblige pas les entreprises à livrer la composition complète des produits, ni à fournir des tests de toxicité sur la formulation complète, ce qui pourtant s'imposerait.

 

Toxicologie aiguë

La contamination des agriculteurs se fait par la respiration (50 % ?), le nez, les yeux, la bouche, la peau (40% ?) et par ingestion (10%). Ils font état d’irritations cutanées et oculaires, de nausées, vertiges, céphalées, diarrhées, fièvre…

Nombre d’agriculteurs ruinés ou déprimés ont eu recours au Roundup pour se suicider (14), particulièrement au Japon en 1980 et en Inde dans les années 2000. Ils l’ont utilisé comme un poison violent.

 

Toxicité chronique

Elle correspond à une administration répétée de polluants à des taux réputés non toxiques, ne provoquant pas de toxicité aigüe.

- Tests de toxicité in vitro et in vivo

Différents tests de laboratoire sur des cellules humaines (néonatales, placentaires ou embryonnaires) exposées à de faibles doses d'herbicide à base de Glyphosate (H B G) font état de diverses atteintes (nécrose, asphyxie, cassure chromosomique).

L'expérimentation sur des poulets, grenouilles, souris et rats, dont la nourriture est complémentée avec des doses faibles d'herbicide : 1,75 mg/kg/jour, (Dose Journalière Admissible ou D J A aux Etats-Unis), révèle une mortalité embryonnaire, des effets tératogènes(coeur dilaté, anomalies viscérales, ossification anormale, altérations cérébrales) ...et cancérogènes. Les souris et les rats présentent des tumeurs du foie, de la thyroïde, du pancréas, de la peau, de la lymphe, du testicule, de la glande mammaire, des reins et des poumons. Le C I R C a tenu compte de ces études publiées depuis 2010 dans des revues sérieuses pour affirmer en 2015 la cancérogènécité du Glyphosate avec ses additifs.

Le Pr Andrès Carrasco, scientifique argentin, révèle en 2009 que le Roundup provoque des malformations sur les embryons de grenouille, semblables à celles observées chez les bébés humains (voir infra), à des doses 10 fois inférieures à la L M R moyenne européenne.
Ila aussi expérimenté des doses très faibles (1/5000) sur le développement d’embryons d’amphibiens (Xenopus laevis). Nombre d’entre eux sont anormaux, avec des altérations marquées du développement céphalique, de la crête neurale et des cas de microcéphalie. Ce qui objective les effets tératogènes des H B G.

Selon le Pr Andrès Carasco d'autres études attribuent aux H B G des effets néphrotoxiques par nécrose des cellules de l'épithélium tubulaire et une activité neurotoxique par aptose - mort programmée en réponse à un signal - de neurones dopaminergiques, ce qui expliquerait la sur-incidence d'apparition de maladies neurodégénératives (Alzeimer, Parkinson) chez les personnes exposées.

 

Génotoxicité

Les études de laboratoire mettent l'accent sur l'effet cancérogène des H B G, dont le mécanisme d'action provient du dérèglement du génome. Comme certains pesticides classés «Cancérigène, Mutagène, Reprotoxique» (C M R), les H B G perturbent le bon fonctionnement des gènes. Ils peuvent agir sans provoquer une mutation (15) mais en inhibant ou stimulant l’expression génétique. Ce qui constitue l’épigénétique ; on parle de plus en plus de code épigénétique.

Par exemple, un essai de toxicité du Glyphosate sur l’embryon d’oursin montre une inhibition d’une protéine, l’A R N polymérase qui permet la copie (la transcription de l’information) de l’A D N en A R N.

Des défauts de contrôle, dans le cycle cellulaire ou celui de la division de la cellule, conduisent à une instabilité génétique pouvant entrainer la cancérisation. Plusieurs décennies peuvent s’écouler entre l’exposition, le stress épigénétique initial et l’apparition de cancers.

Bien plus fréquentes que les mutations, les modifications épigénétiques sont sous l’influence de différents facteurs: hygiène de vie, alimentation, polluants chimiques…Elles peuvent perturber la transcription génétique et conduire à l’activation d’oncogènes ou à l’inhibition de gènes qui suppriment des tumeurs. La cellule ne contrôle plus sa croissance et devient cancéreuse.

La population des Etats-Unis est très exposée aux H B G depuis l’expansion des cultures de P G M. La recherche américaine indépendante a clairement démontré l’impact des H B G sur le fonctionnement des gènes. Le biologiste américain Michael Skinner déclare dans la revue américaine Scientific Reports que ces modifications épigénétiques peuvent persister sur plusieurs générations.

Dès 1999, le Dr James Parry informe Monsanto du caractère génotoxique du Glyphosate et recommande des études plus poussées sur le Roundup, la formule complète avec ses additifs. William Heydens, toxicologue chez Monsanto, répond vertement «Nous ne ferons pas les études proposées par Parry»

Par ailleurs Donna Farmer, toxicologue chez Monsanto, a déclaré «Monsanto ne peut pas dire que le Roundup ne provoque pas de cancer; nous n’avons pas fait d’études de carcinogénicité sur le Roundup».

Cette information capitale prouvant que Monsanto n’a pas cherché la vérité, voire a tout fait pour la cacher, provient de la déclassification des archives de Monsanto par la justice fédérale américaine, à la suite de plaintes d’ouvriers agricoles malades. (Voir infra « Monsanto Papers »).

Le groupe d’O N G «Pesticide Action Network» - 600 structures réparties dans 90 pays, œuvrant contre l’usage des pesticides et des O G M - relate une étude colombienne portant sur 137 femmes exposées aux pulvérisations aériennes des champs de coca avec des H B G. Elle fait état d’un degré de lésions de l’A D N beaucoup plus élevé que chez les femmes non exposées.

 

Perturbation endocrinienne

C’est une autre voie de dommages sanitaires causés par les H B G. Les polluants s’intercalent dans les millions de systèmes enzymatiques régis par les hormones. Leurs effets ne dépendent pas de la dose mais du temps d’exposition. L’expression courante « la dose fait le poison » ne tient pas.

L’organisme voit aussi ses systèmes de défense s’atténuer voire se modifier. On aboutit à des effets cliniques C M R, hormono-dépendants, immunologiques, tératogènes, neurotoxiques…

Une étude italienne du Ramazzini Institut de 2019, sur des rats, confirme les suspicions que les H B G sont des perturbateurs endocriniens en objectivant des anomalies dans la production des hormones sexuelles et des baisses de la fertilité. Les précautions prises par les chercheurs (niveau d’exposition modéré, exposition au Glyphosate sans les additifs ou avec comme le Roundup Bioflow), rendent les conclusions robustes et permettent déjà de s’interroger sur d’éventuels effets du Glyphosate comme perturbateur endocrinien sur l’être humain. Les résidus dans l’eau, dans l’air et dans les aliments, exposent à ce titre les femmes enceintes et les enfants en bas âge.

 

Epidémiologie

L’épidémiologie est une science récente, surtout appliquée  aux pesticides (2000). Elle évalue le rôle de facteurs dans l’apparition de maladies. Concernant une substance chimique présumée dangereuse pour la santé, il s’agit de comparer un échantillon (cohorte) de personnes exposées (contact, absorption, inhalation…), au même nombre de personnes dans la population générale, non exposées.

Elle met en évidence les fréquences comparées d’apparition de maladies chroniques, intervenant subrepticement, sur le long terme, et permettent de prouver la sur-incidence liée à l’exposition.

Dès 1985, l’Agence américaine de protection de l’environnement (Environnement Protection Administration) classe le Glyphosate dans la catégorie  « cancérogène possible ».

La grande majorité des études de génotoxicité publiées depuis 2015 démontrent que les H B G sont « cancérigènes probables ».

La méta-analyse de Zhang, publiée dans la revue Mutation Research 2019, conclut à une augmentation notable du risque d’apparition du Lymphome non Hodgkinien (L N H).

Une étude suédoise confirme que l’herbicide expose les utilisateurs à une sur-incidence du L N H multipliée par 3 par rapport à la population non exposée.

Une autre étude, publiée en mars 2019 dans l’International Journal of Epidémiology, regroupant trois grosses cohortes menées sur plus de 11 ans en France, en Norvège et aux États-Unis, auprès de plus de 300000 agriculteurs et agricultrices, associe l’exposition au Glyphosate à une augmentation significative du risque d’apparition de l’un des types de cancer de la lymphe, dont le lymphome diffus à grande cellules B.

Après les révélations du Pr Andrès Carrasco, plusieurs études épidémiologiques argentines (régions de Cordoba, Chaco) et paraguayennes (région Itapua), confirment que dans les zones de cultures P G M, la fréquence des malformations congénitales peut être multipliée par quatre par rapport à celle des zones éloignées des épandages.

 

Enquêtes, documentaires, films

Les régions où l’on cultive les P G M (soja, maïs…) résistantes au H B G, particulièrement en Inde, Chine, Etats-Unis, dans les pays d’Amérique du Sud(Argentine, Brésil, Paraguay…) connaissent une recrudescence de cancers infantiles, de malformations et de troubles neurologiques chez les populations à proximité des cultures.

Des journalistes courageux, lanceurs d’alerte, vont enquêter sur place, particulièrement en Amérique du Sud, et rendent compte du drame sanitaire, écologique et social que subissent les populations riveraines soumises aux «fumigations» d’H B G, en général par avion.  Ce sont souvent des paysans auxquels on a «volé» les terres.

Voir ci-après les résumés de ces témoignages accablants, publiés sur les sites concernés.

  • «Le Grain et l’Ivraie» 

« L’Argentine malade du Gglyphosate,un film documentaire argentin réalisé par le sénateur Fernando Solanas, sorti en 2018. Il dénonce les maladies graves que subissent les familles à proximité des champs de soja transgénique traité aux H B G (16). Les herbicides à base de glyphosate perturbent la gamétogénèse, la reproduction, la différenciation sexuelle, la grossesse, le développement du fœtus (15% du Glyphosate ingéré traverse la barrière placentaire) et la croissance néonatale. Les fausses couches, cancers infantiles, malformations congénitales: intestin hors du corps, cyclope, sirénomélie (fusion des deux membres inférieurs), spina bifida (défaut de fermeture du tube neural), atrésie, microtie, agénésie des membres, microcéphalie, anencéphalies …sont en sur-incidence chez les populations à proximité des cultures de P G M »

  • «La Mort au bout des Récoltes» 

« Une série de reportages (Youtube) sur le Glyphosate en Argentine, prise en étau entre l’industrialisation de l’agriculture et les lobbys des multinationales. Dans l’épisode 6, le Dr Damien Verzenassi, de l’Université de Rosario, affirme que dans les provinces de Chaco et Santa Fe, la fréquence d’apparition de maladies graves surtout infantiles, est de 3 à 4 fois plus grande que la moyenne nationale »

  • «Paraguay les cultures empoisonnées» 

« Un film de Martin Boudot diffusé sur France 5 les 8 et 9 juin 2019. Le journaliste équipé d’un masque à gaz enquête auprès des riches propriétaires de soja transgénique arrosé au H B G. Cette agro-industrie (17) qui détruit la forêt amazonienne et chasse les populations indigènes, produit de la nourriture pour le bétail de la planète. La forêt n’entoure plus les villages, ce sont maintenant des champs à perte de vue où sont déversées des quantités monstrueuses de pesticides

Une pédiatre, Stella Benitez, sinquiète: «Les malformations congénitales constituent la deuxième cause de mortalité néonatale alors qu’auparavant elles n’en étaient que la cinquième ». Des prélèvements A D N sur 63 enfants montrent que 45,9 % de l’A D N est endommagé, contre 27,6 % pour 63 enfants non directement exposés ».

  • «OGM Mensonges et Vérités» 

« Un film documentaire de 1h30, de Frédéric Castaignède, sur Arte en avril 2018. 

Depuis vingt ans, les P G M ne cessent de s’étendre sur la planète dans le but d’améliorer les rendements du soja, maïs, coton, colza, riz, etc. Dix pays, sur les vingt-huit qui en cultivent, représentent, à eux seuls, 98 % de la superficie mondiale des cultures transgéniques – soit 13 % des terres cultivées – essentiellement sur le continent américain, le sous-continent indien et en Chine. Aux États-Unis, où les premières plantations de soja transgénique ont été introduites en 1996, les P G M représentent environ 90 % des cultures de soja, de maïs et de coton. Partout dans le monde, des citoyens s’inquiètent des risques qu’elles entraînent, non seulement pour l’environnement mais aussi pour la santé des populations.

Un phénomène d’adaptation (mutation ou variation épigénétique) des mauvaises herbes (18), contribue à une augmentation régulière des doses de Glyphosate (19) et la nécessité de l’associer à des herbicides aussi dangereux (2 4 D et Dicamba).

Pollué par des arguments mensongers, qui ne relèvent de la science qu’en apparence, le débat passionnel entre pro et anti-P G M empêche de démêler le vrai du faux.

Tourné dans onze pays et sur quatre continents, ce documentaire s’emploie ainsi avec succès à explorer l’ensemble des enjeux liés aux plantes et animaux transgéniques, tant sur le plan de la santé que sur celui de l’environnement et de la biodiversité. Véritable thriller politico-scientifique, captivant de bout en bout, il rencontre les acteurs et les témoins de l’avancée des cultures génétiquement modifiées, interrogeant ceux qui en étudient les effets dans les laboratoires, ainsi que les fabricants de P G M, dont les portes restent le plus souvent closes ».

  • «Roundup face à ses juges » 

« Un film de Marie-Dominique Robin de 2017. À la lumière du procès symbolique (20) contre Monsanto tenu en 2016, l’auteur expose l’ampleur du scandale sanitaire lié au Roundup, herbicide le plus vendu au monde. Un réquisitoire accablant, paroles de victimes et d'experts à l'appui ».

  • «Pesticides et santé, l'équation sans solution»

« Le Glyphosate, un produit qui tue ? Un film d’investigation réalisé par Andréas Rummel, diffusé en mars 2015 sur Arte.

Le Glyphosate ne serait pas seulement un «cancérigène probable». Il peut provoquer des maladies graves allant jusqu'à la mort. Il est suspecté d'être à l'origine de graves malformations congénitales sur des foetus qui ne peuvent parfois survivre. De nombreuses femmes sont aujourd'hui concernées ».

 

(13)  Polyoxethylène-amine, additif interdit depuis 2016 par la C E.

(14) Après avoir appris que les graines récoltées de P G M sont (volontairement) infertiles, dites «terminator».

(15) Une mutation génétique est un changement dans la structure du gène, c'est à dire dans la séquence des cinq bases principales, ou canoniques, qui le compose : adénine, cytosine, guanine, thymine et uracile, respectivement symbolisées par A, C, G, T et U (remplace T dans l’A R N).

(16) 300000 T en Argentine, 8000 T en France

(17) Le Paraguay est le troisième exportateur de soja mondial après le Brésil et l’Argentine.

(18) L’apparition d’insectes résistants aux P G M insecticides Cry, relève du même processus biologique adaptatif.

(19) Et par là même, une augmentation des Limites Maximum de Résidus (L M R) de Glyphosate, autorisées par la C E, dans le soja, le maïs…

(20) En 2016, un Tribunal International Citoyen est mis en place à La Haye afin de poursuivre Monsanto pour crime écocide.

ECOTOXICITE

 

La pollution par le Glyphosate et ses additifs est planétaire. Comme pour tout pesticide de synthèse, elle touche la terre, l’air, l’eau et de ce fait tous les êtres vivants (flore, faune, population), même s’ils n’y sont pas exposés directement. La France, qui fait partie des pays ayant refusé les P G M, n’y échappe pas néanmoins.

 

Pollution de la terre

Lors des pulvérisations, une partie des H B G tombe sur le sol et, peu soluble, est adsorbée par les particules de terre. La dégradation par les microorganismes du sol aboutit à l’aminométhylphosphonique (A M P A), tout aussi dangereux, sinon plus, que la molécule mère. La vitesse de décomposition est fonction de la vie du sol, de son ph et de la nature du stabilisateur ajouté pour freiner le métabolisme. La mention sur les emballages «biodégradable» a été interdite (21) car la demi-vie d’élimination peut atteindre plusieurs mois. C’est ainsi que les H B G et leurs métabolites atteignent les nappes superficielles voire souterraines, les rivières…et l’eau du robinet.
Christian Velot, enseignant-chercheur en génétique moléculaire, a mis en évidence - étude publiée dans la revue Environmemental Science et Pollution Research - que la dose de Roundup entrainant 50% de la mortalité d'un champignon filamenteux, Apergillus nidulans - marqueur de la santé des sols agricoles - est de 100 fois inférieure à la dose d'application !

 

(21) Après 8 ans de procès, l’association bretonne «Eaux & Rivières» fait condamner Monsanto pour «mensonge publicitaire grossier» par la cour d’appel de Lyon en 2008.

 

Pollution de l’eau

L’agriculture contribue massivement à la pollution des nappes phréatiques et de l’eau que l’on consomme. Les nitrates d’abord, provenant de l’agriculture intensive et de l’épandage d’effluents d’élevage. Viennent ensuite les pesticides dont les H B G. Le Glyphosate et son métabolite l’A M P A occupent
respectivement la 3ème et la 1ère place parmi les pesticides qui polluent les eaux superficielles. 

50% des cours d’eau et 30% des nappes phréatiques présentent un taux d’H B G supérieur à la L M R de l’eau potable ! La dégradation des H B G dans les eaux de rivières, les lacs et les nappes, est plus lente que dans les sols, à cause d’une vie microbienne moins intense.

Une étude canadienne de 2013, dElise Smedbol pour la Maîtrise de Biologie à l’Université du Québec, montre que même à faible dose (< 10 µg/l), le Glyphosate et l’A M P A affectent la structure et les fonctions du phytoplancton. La teneur en chlorophylle des algues et des cyanobactéries est en baisse et la composition des espèces dominantes est modifiée.

Pour maintenir la L M R des pesticides totaux <5 µg/l, et pour chacun <1µg/l, les stations d’épuration doivent associer des filtres de dénitrification et des filtres à charbon.
 

Pollution de l’air

Les H B G s’échappent dans l’atmosphère lors des applications au champ et particulièrement lorsqu’il s’agit d’épandage par avion. Différentes études montrent que le Roundup ne circule pas sous forme de vapeur sur de longues distances mais s'accroche à des particules fines (0,1µm à 10 µm) (22).

En 2018, de février à décembre, l’Observatoire Régional de l’Air (O R A) à Bordeaux a détecté dans l’atmosphère (23) 19 molécules différentes de fongicides, 10 d’insecticides, 22 d’herbicides. Les H B G ne sont pas recherchéspour l'heure mais des prélèvements dans le Médoc indiquent leur forte présence, surtout au printemps et en été.
 

(22) On ne peut rien contre le transport aérien des pesticides. Le projet de la zone tampon de 5 à 10 m à l’étude par le gouvernement est « une insulte à la science et à notre santé car les pesticides ne respectent pas les décrets » Fabrice Nicolino
(23) Un prélèvement par semaine. Les concentrations dépendent de la saison et du calendrier des traitements. Aucune norme de seuil maximum n’a été fixée pour les pesticides dans l’air, contrairement aux polluants automobiles et industriels.

 

Antibiorésistance.

La fonction antibiotique qui a failli faire du Glyphosate un médicament (!), ne laisse pas d’inquiéter.

D’après une synthèse d’études sur le sujet publiée en 2018, les H B G induisent une modification du microbiote, du sol, des insectes utiles et des animaux domestiques. Ils favorisent la sélection de bactéries pathogènes (salmonelles ou clostridium) résistantes aux antibiotiques. 

Une étude publiée en 2018 par l’Académie des Sciences américaine (P N A S) confirme que le Glyphosate attaque certains éléments de la flore intestinale des abeilles. Ce qui pourrait contribuer à la mortalité inexpliquée des colonies.

 

Contamination générale des populations

Les H B G sont excessivement dangereux pour les populations exposées (agriculteurs, viticulteurs, arboriculteurs…) et les riverains. Leur omniprésence dans notre environnement, dans l’eau potable, dans l’air et dans les aliments non A B, n’en est pas moins inquiétante puisque nous sommes tous plus ou moins contaminés. Les H B G présents, même à faibles doses dans nos tissus (graisse), s’ajoutent à d’autres polluants, pour provoquer par des effets « cocktail » inconnus, des perturbations endocriniennes (diabète, obésité, baisse de la fertilité…) et certains cancers hormono-dépendants (sein, prostate, thyroïde). A l’inverse de ce qui est communément admis, la dose ne fait pas le poison. Le risque provient de la combinaison de la dangerosité des molécules avec la durée d'exposition. A l'échelle d'une vie entière, les différentes contaminations environnementales dénommées « exposome », participent de l'ensemble de facteurs non génétiques (épigénétique) pouvant interférer dans le dérèglement de l'édition des protéines par les gènes ou dans la division cellulaire.

Dans 75 départements, les associations anti-pesticides mettent en place des prélèvements de cheveux, de sang et d’urine pour mettre en évidence la présence de Glyphosate dans notre corps. Même les personnes qui habitent en ville sont positives. Dans cette lutte citoyenne contre l’inertie des organismes de régulation et des politiques, des groupes de « pisseurs volontaires » autoproclamés veulent alerter les médias et l’opinion. Ils mettent au grand jour la pollution de nos tissus par le Glyphosate, dont une partie seulement est excrétée par les urines.

L'association "Campagne Glyphosate", créée en 2018 est à l'origine en France de 13 000 analyses d'urine réalisées en 2019 : les taux urinaires varient de 0,01 ng/ml à 100 ng/ml, avec une moyenne autour de 1,4 ng/ml, soit 10 fois plus que la L M R du Glyphosate dans l’eau du robinet : 0,1 ng/ml !

En réaction aux « pisseurs volontaires », une information circule comme quoi ces résidus pourraient provenir aussi des lessives domestiques non AB. Le toxicologue Norédine Saleg, d’Imitox, est formel : « Il n'est pas possible de confondre le Glyphosate d'origine agricole et l'A M P A avec des phosphonates ou leurs métabolites, provenant des détergents ».

Un certain nombre de ces actions de dépistage font l’objet de plaintes judiciaires pour « mise en danger de la vie d’autrui, tromperie et atteinte à l’environnement ». Toutes les plaintes pourraient être réorientées vers le pôle santé du Tribunal de Paris, car certains procureurs de province se sont déclarés incompétents. A la lumière de ce qui se passe aux Etats-Unis, la France pourrait s’offrir un grand procès contre les fabricants de Glyphosate, les membres des organismes de régulation et de la commission européenne, qui ont autorisé la ré-homologation européenne et la mise en marché. Ce serait un grand pas pour l’interdiction prochaine des H B G, et une salve supplémentaire contre la valeur boursière de Bayer !

 

LE POIDS DES LOBBIES
 

Monsanto, un cas d’école.
L'investissement nécessaire à l’élaboration d’une nouvelle molécule chimique de synthèse ouvre la porte à toutes les compromissions pour obtenir son homologation. Puis à toutes les dérives pour obtenir sa ré-homologation dans le cas où les études indépendantes mondiales ont, avec le temps, démontré sa dangerosité. En ce sens, le Glyphosate de Monsanto est un cas d’école.

Le combat d’autres firmes pour retarder l’interdiction de produits dangereux – amiante, tabac dans les lieux publics, dioxine, nombreux pesticides, médicaments (24) …– a révélé les stratégies mises en place et a fourni à Monsanto une boîte à outils très diversifiée. Il s’agit de mettre en place aux Etats-Unis et en Europe des officines de lobbying qui sont dévouées à Monsanto et de placer « ses » hommes dans les agences de régulation…

Cette stratégie d’influence est assortie d’un fichage illégal de personnes et de la création d’un « faux mouvement spontané » d’agriculteurs en faveur du Glyphosate.

Tout cela n’aurait été que suspicions si les « Monsanto Papers » n’avaient mis au grand jour que la firme s’est livrée à une manipulation de la science pour cacher la dangerosité du Glyphosate.
 

(24) Stator, Agréal, talc Morange, distilbène, Thalidomide, Levothyroxine…, Médiator : Servier entretenait des conflits d'intérêt avec 8 experts de l'Agence du médicament, dont un reçoit plus de 1 M€ en 8 ans, versés sur une société écran allemande

 

Conflit d’intérêts

Pour défendre leurs produits, les valoriser en minimisant leur toxicité, les fabricants emploient à plein temps des scientifiques maison : toxicologues, pharmacologues, épidémiologistes.

Ils ont aussi recours à des universitaires dont ils financent le laboratoire (partenariat public/privé) et/ou qui sont en contrat (expert à double casquette). Ceux-ci  produisent des études dont on peut imaginer, souvent, l’orientation des résultats et siègent dans les commissions d’agences d’homologation pour influencer les avis et les votes.

Le rapport « Unhappy meal » (25) dénonce en 2013 que l’agence européenne E F S A est composée de 209 experts dont 122 en conflit d’intérêt, y compris le président de la commission ! L’agence chargée d’évaluer les substances chimiques devient finalement l’adjointe de l’industrie.

D’autres scientifiques, parfois des anciens des agences de régulation, sont employés par des cabinets de lobbying adossés à une ou plusieurs firmes par l’intermédiaire de structures opaques, telles que Fondations, Instituts, Académies, Sociétés Savantes...Exemple : la « Glyphosate Task Force »(G T F), financée par une vingtaine de fabricants, a œuvré sans compter pour la ré-homologation. Sa cible privilégiée : les organismes de régulation.

Les universitaires indépendants, dont les études sur la toxicité et l'épidémiologie, financées par des fonds publics, ne vont pas dans le sens des intérêts privés, sont critiqués par leurs confrères en lien avec l’industrie. Un de ces derniers écrit : « Un expert sans conflit d’intérêts est un expert sans intérêt » !

En 2012, la cour des comptes de l’UE écrit dans son rapport que « les agences de régulation ne gèrent pas les situations de conflits d’intérêts de manière appropriée ».

La commission Junker (2014) a rendu obligatoire l’inscription des experts et des Eurodéputés sur des registres de transparence au Parlement et à la Commission Européenne. Mais cette obligation n’est pas respectée.
 

(25) Une coalition de syndicats européens et américains, représentant plus de 15 millions de travailleurs dans différents secteurs de l'économie dans 40 pays, dont la dénomination    « Unhappy meal » est un pied de nez à McDonald.

 

Les agences de lobbying, l’industrie de l’influence.

Bruxelles est la seconde capitale mondiale du lobbying après Washington. 25 000 personnes travaillent dans les syndicats professionnels et les cabinets de consultants comme Weiberg Group, Gradient, Exponent, Intertek, European Expérience Compagny, Publicis, Fleishman-Hillard, particulièrement cher à Monsanto

International Life Sciences Institut (I L S I) est une union de grands industriels ( Procter et Gamble, Coca Cola…du tabac, de la chimie, du médicament, de l’agrochimie), pour créer des Task Force thématiques, des groupes d’influence et de défense comme la « Glyphosate Task Force ».

La vocation de ces entités : défendre les produits, entretenir le doute sur leur toxicité, attaquer ceux qui la dénoncent et faire pencher la balance au moment de l’homologation. Ce sont des chambres d’écho favorable qui se répandent dans les médias, les Réseaux Sociaux, les revues spécialisées complaisantes, les congrès, les séminaires…et dans les coulisses du pouvoir décisionnaire : les agences de régulation et les politiques.

Après la classification du Glyphosate par le C I R C en 2015 de « cancérogène probable », la G T F met plusieurs dizaines de millions de dollars sur la table. Cette somme est destinée aux agences de lobbying afin d'organiser la riposte : critiquer cette décision indépendante et promouvoir dans le débat public des éléments favorables au Glyphosate, qui à la longue deviennent des « vérités ».

C’est Fleishman-Hillard (26), importante société américaine de relations publiques, qui est choisie pour mettre en œuvre ce programme.
 

(26) Le plus gros cabinet de lobbying bruxellois. Budget 7 M € et 60 lobbyistes de tous poils.

 

Comment influencer ?

 

    - Flicage des personnalités

« Au bon moment, le bon message, à la bonne personne », tel est le credo du bon lobbyiste.

En mai 2019, Le Monde et France 2, révèlent une fuite du cabinet de lobbying Fleishman-Hillard, mandaté par G T F pour l’assister dans sa défense du Glyphosate.
A partir de 2016, cette agence établit des listes secrètes de personnalités influentes, politiques (ministres, Eurodéputés), scientifiques, 30 dirigeants d’organisations agricoles,17 O N G, défenseurs de consommateurs, journalistes… impliquées dans le débat sur le produit phare de Monsanto, dont le vote pour la ré-homologation est proche. Aidé de l’
Agence Publicis, le cabinet Fleishman-Hillard constitue, un fichier de 200 noms prioritaires (avec fonction, coordonnées, centres d’intérêt…) sans leur consentement. Chacun est classé en fonction de ses positions vis-à-vis des P G M et du Glyphosate et évalué de 1 à 5 selon sa « force d’expression », sa « crédibilité » et son « soutien à Monsanto ».

Une seconde liste « F R Glyphosate, cibles, plan interactions », d’une centaine de noms, est établie en quatre groupes selon un code couleur : « alliés », « potentiellement alliés »,  « à éduquer », « à surveiller », « à isoler » comme Ségolène Royal à l’époque Ministre de l’Environnement, classée  « ro influençable » !

Philip Morris et les laboratoires Servier (Médiator) ont à l’époque, recouru aux mêmes techniques de l'influence, hissées au rang de science, en classant les Eurodéputés avec un code couleur selon leur degré d’hostilité à leur industrie.

Pour chaque cible un plan d’action personnalisé est établi : rendez-vous en tête à tête, envois d’outils pédagogiques…Le lobbying s’exerce d’abord en amont des élus qui ne connaissent pas le sujet :  les fonctionnaires de la C E à l’origine du projet de loi et les groupes d’experts dont s’entoure la commission et les agences réglementaires, cibles d’un lobbying technique.

Des plaintes contre ce flicage illicite sont déposées au Tribunal de Paris par différents médias dont Le Monde, des O N G et Europe Ecologie Les Verts.

L'Eurodéputé Michèle Rivasi déclare que « Monsanto est une menace pour la santé mais aussi un danger pour la démocratie ».

Au lendemain de la révélation du Monde et France 2, le parquet de Paris ouvre en mai 2019 une enquête préliminaire sur le flicage par l’agence Fleishman-Hillard, pour ne pas dire sur l’espionnage de personnes selon des méthodes illégales puisque qu’elles ne sont pas au courant. Werner Baumann, le PDG de Bayer, présente ses excuses au sujet de ces pratiques déloyales.

 

   -  Désinformation populaire planifiée ou Astroturfing (27)

Des techniques de marketing d’influence, à des fins politiques ou publicitaires, sont utilisées par Monsanto pour simuler un mouvement citoyen agricole en faveur du Glyphosate.

En 2018, un site de Greenpeace et le quotidien The Independant, révèlent que le cabinet Fleishman-Hillard s’est associé à des agences spécialisées dans l’astroturfing : Red Flag en Irlande et Lincoln Strategy Group aux Etats-Unis (qui est intervenue pour l’élection de Donald Trump...)

Sont ainsi créées, sous forme d’associations, des officines écran comme « Agriculture et Liberté » en France, « Free to Farm » au Royaume Uni, « Libertad para Cultivar » en Espagne, sans lien apparent avec Monsanto. De belles hôtesses – 25 pendant un an et demi - sont sélectionnées pour accueillir les agriculteurs (15000) dans les salons agricoles de huit pays de la C E. Le laboratoire Servier pour faire "avaler" le Médiator, avait engagé une armada de visiteuses médicales, de préférence blondes aux yeux bleus !

Les jeunes femmes de Monsanto suggèrent au agriculteurs de remplir des formulaires et de donner leur avis sur le duo Glyphosate/P G M. Le projet consiste à identifier des  « champions » et de leur proposer de s’exprimer, en occultant le donneur d'ordre (G T F), dans des tribunes libres de journaux locaux.  Il s'agit de développer l'idée de fond que le Glyphosate est nécessaire et n’est pas contraire à l’agriculture durable. Une pulvérisation à grande échelle, chargée de convaincre l’opinion afin que l’idée de la ré-homologation fasse son chemin et remonte jusqu’aux décideurs européens.
 

 

(27) Du nom d’un revêtement synthétique qui imite la perfection des pelouses naturelles. Du toc qui se fait passer pour du vrai. (Synonyme « grassroots »).

 

La manufacture du doute

La stratégie du lobbying de Monsanto et de la G T F n'a d'égal que celle mise au point pendant un siècle par les cigarettiers américains et les fabricants d’amiante, pour nier la toxicité de leurs productions.

Laisser croire qu’il y a deux manières d’évaluer la toxicité des substances. La bonne, celle des industriels, la mauvaise, celle des scientifiques indépendants, souvent publics. Ce qui revient, sous prétexte de controverse, à jeter des doutes sur la vérité scientifique.

Les industriels ont en effet mis au point deux techniques qui se confortent : l'ignorance et le mensonge.

La politique du mensonge généralisé et le plus souvent impuni, s'inspire du courant philosophique postmoderne des années1980. Porté en France par Jean Baudrillard (1929 - 2007), ce concept considère qu'il peut y avoir plusieurs vérités, que le mensonge peut en être une, que la vérité est une croyance primitive, une manifestation du pouvoir, une tyrannie...
« L'agnotologie » (agnotology) est un terme inventé en 1995 par l'historien des sciences américain R. Proctor (né en 1954), au sujet de « la fabrication de l'ignorance ». Son champ d'étude privilégié : la toxicologie (tabac, amiante, pesticides, médicaments...). Il démontre comment les industriels arrivent à retarder des interdictions par une absence volontaire d'études.
Cette falsification de la vérité scientifique ou le refus de la rechercher, se nourrit de « notre négligence, notre apathie, notre stupidité, pour écraser la vérité » (28) surtout quand il s'agit d'une mauvaise nouvelle. Elle rejoint en cela la théorie nietzschéenne du complot que « le contraire de la vérité n'est pas le mensonge mais la conviction » (28)

Pour le renouvellement de l’homologation du Glyphosate en Europe, Monsanto et la G T F confient les pleins pouvoirs à Fleishman-Hillard. Sa devise, « Ne rien laisser passer » « Let nothing go », consiste à diffuser des études favorables au Glyphosate et massacrer les études officielles qui dénoncent scientifiquement sa toxicité…

La mission est mise entre les mains d’un cabinet spécialisé dans la défense des produits : Intertek.  Ce cabinet dispose (en contrat confidentiel), d’experts connus, souvent à la retraite, pour signer des publications. Avec des conclusions comme « ne pose pas de problème pour l’homme », « le risque de toxicité est négligeable ». Il suffit ensuite de faire appel à des revues scientifiques complaisantes – sans déclarer les conflits d’intérêts des auteurs – pour diffuser cette entreprise de  « disruption du savoir ».

L’autre voie pour alimenter « l’industrie du doute » est de payer des experts pour contredire voire dénigrer les études d’experts indépendants. Et de répandre l’idée que s’ils ne sont pas liés à l’industrie, c’est qu’ils sont mauvais. Le C I R C subit en 2015 un déluge d’attaques.

Le vocabulaire américain s'enrichit alors d’expressions imagées pour qualifier ces pratiques : « science washing »  (machine à blanchir la science) ou « sound science » ( science sourde ).  Cette construction appliquée de la controverse par une « chaîne de production de l’ignorance » sème le doute sur la nocivité du produit en regard de ses avantages.

Ainsi quelques négationnistes rémunérés s’opposent au travail de chercheurs honnêtes et indépendants en créant l’incertitude dans l’opinion jusqu’aux politiques et sont en mesure de retarder l’interdiction. C Q F D pour le Glyphosate.
 

(28) Eva Illouz, sociologue franco- israélienne, extraits de l'article du Courrier International 1513 « Ces mensonges qui nous gouvernent »

 

 « Les Monsanto Papers »

Cerise sur le gâteau de l’influence et du mensonge : des millions de documents internes (mémos stratégiques, courriels, contrats confidentiels…), que la justice américaine a rendu publics en 2017 grâce à une action d’un groupe d’ouvriers agricoles atteints d’un lymphome non hodgkinien. Ils confirment, preuves à l’appui, que Monsanto...

    -  Connaît depuis 1999 le risque génotoxique du Glyphosate, surtout avec ses additifs, tout en refusant de faire des études de toxicité sur l’herbicide complet et de modifier son discours sur l’innocuité ;

      -  Rémunère des scientifiques (key opinion leaders), a priori sans lien de subordination apparent, pour produire, sous leur nom, des études favorables au Glyphosate écrites en réalité par les propres scientifiques de Monsanto. Hallucinant !
Des communications qui ont été relayées plusieurs centaines de fois dans la littérature scientifique.  Ce qu’on appelle le «
ghostwriting »  (écriture fantôme), une forme grave de fraude scientifique, de corruption du savoir. Ces productions fantômes ont majoritairement alimenté les organes de régulation pour influencer le vote de la ré-homologation ;

    - Considère comme « non pertinentes », « non fiables », les conclusions des études indépendantes, démontrant la génotoxicité du Glyphosate avec ses additifs. « Les Monsanto Papers » ont néanmoins révélé que W. Heydens, toxicologue chez Monsanto, a écrit que « les données produites par les chercheurs universitaires ont toujours été un problème majeur dans la défense de nos produits ».

Cette corruption généralisée de la science par l’entremise d’experts financés par la firme, autant que les méthodes dures de lobbying et de flicage des personnalités, pèsent  lourd dans les verdicts de la justice américaine et bientôt européenne, contre Monsanto (replié chez Bayer).

 

Une ré-homologation obtenue de justesse

La G T F ne recule devant rien pour protéger son business, infléchir l’opinion à son avantage pour la ré-homologation du Glyphosate et accroître ses profits.

La veille du vote, des lobbyistes se permettent de projeter sur les murs du Parlement Européen des messages géants pour vanter les mérites du Glyphosate.

Des personnes œuvrant contre la ré-homologation du Glyphosate subissent des tentatives d’intimidation comme une pomme sur le bureau avec écrit dessus « je contiens des pesticides », ainsi que des menaces téléphoniques en provenance d’un numéro américain, demandant « si la famille allait bien et les enfants aussi ? ».

La ré-homologation est obtenue rappelons-le, sur le fil, par 65,71 % de votes sur les 65 % requis (29).

Sans les sommes colossales engagées et les méthodes mafieuses mises en place, le Glyphosate et donc tous les H B G, auraient été interdits en Europe.
(29) Il y eu deux votes :
Le premier pour déterminer le temps de la ré-homologation possible : 15 ans demandé par l’industrie, 10 ans ou 5 ans. 16 pays sur 28 ont voté pour 5 ans, soit 65% des votes.
Un second vote pour la ré-homologation ou pas :18 états ont voté pour, soit 65,71 %, 9 états dont la France ont voté contre, le Portugal s’est abstenu. L’Allemagne qui s’est "retournée" au dernier moment pour voter contre, a favorisé la ré-homologation du Glyphosate.

Plaintes contre Monsanto et condamnations

Depuis sa création, Monsanto vend des produits chimiques de synthèse dangereux pour la santé de l’homme. Le principe de base est de ne pas faire d’études sérieuses de toxicité, pour avoir toutes les chances d’homologation, puis de nier les études indépendantes qui démontrent le danger de la substance. Enfin, le cas échéant, de payer les condamnations, qui jusqu’ici ont été évaluées bien en dessous des bénéfices engrangés.

Avec les H B G, ce calcul risque de ne plus marcher. En 2006, Monsanto perd plusieurs procès aux Etats-Unis et en France (Tribunal Correctionnel de Lyon) pour avoir déclaré l'herbicide comme étant biodégradable.

A partir de 2017, l’orage gronde au-dessus de Monsanto avec le classement du Glyphosate par le C I R C et l’O M S comme « cancérogène probable ».  Les « Monsanto Papers » déchaînent la foudre sur la firme de Saint-Louis en partance pour l’Allemagne. Les plaintes, les procès et les condamnations s’enchaînent en France et aux Etats-Unis. Les juges, à travers les « Monsanto Papers », réunissent suffisamment de preuves pour affirmer que Monsanto a cherché à « manipuler la science, les médias et les agences de régulation et a refusé de reconnaître le préjudice causé à la santé des hommes, des êtres vivants, et à l’intérêt général ».

L’addition est très lourde. Monsanto est condamné en par un Tribunal californien à dédommager des malades :

2018 Dewayne Johnson (78 Millions $)
2019 Alva et Alberta Pilliod (2,55 Milliards $) 
         Edwin Hardeman (25 Millions
$).

Plus de 150 000 plaintes sont à l’instruction aux Etats-Unis et en 2020 Bayer décide d'en solder 100 000 à l'amiable pour un montant évalué entre 7,8 Mds € et 8,5 Mds €. Il devra faire face à 25 000 irréductibles qui veulent en découdre devant les tribunaux et faire condamner Monsanto à des dédommagements bien plus importants dont on ne peut chiffrer aujourd'hui la hauteur. Dans la foulée l’Europe va aussi se manifester.

 

LE DESTIN DE BAYER

 

Certains analystes considèrent qu’il est entre les mains des juges américains et européens. Il est tout à fait étonnant de constater le manque de clairvoyance de Bayer. Pensant mettre la main sur une firme leader dans les biotechnologies agrochimiques, avec de nombreux brevets (surtout P G M), l’entreprise est « complètement piégée et cette acquisition, qui apparaissait au départ comme une opération intelligente, se transforme en désastre » d'après Philippe Chalmin.
Les américains sont très satisfaits d’avoir refilé à l’Europe ce déchet toxique.

Ce n’est pas la suppression de la marque Monsanto qui va faire remonter l’action Bayer ayant perdu la moitié de sa valeur.

 

ALTERNATIVES AU GLYPHOSATE

 

Le tracteur, qui dans les années 50 remplace la traction animale, est vécu comme un progrès considérable en agriculture. Puis dans les années 80, les herbicides de synthèse dont le Glyphosate, qui se substituent aux charrues, sont considérés comme une avancée agronomique notable pour les tenants d’une agriculture industrialisée. Son association avec les cultures de P G M renforce sa nécessité dans les pays où celles-ci sont autorisées.

Dans les pays européens, comme la France, qui ont refusé les P G M, la question de l’interdiction du Glyphosate se pose néanmoins puisqu’il est largement utilisé (8000 T/an), particulièrement en viticulture.

Les agriculteurs Bio ont démontré depuis longtemps qu'on pouvait s'en passer : pratiquer la rotation des cultures, faire des semis adaptés inter-rang de graminées ou de légumineuses, notamment en cultures pérennes (vigne, arboriculture). Ce couvert végétal demande pour être réussi, de recourir à des conseils spécialisés. Si nécessaire, il est fauché, brûlé ou transformé en engrais vert par un labour léger. Ces opérations sont plus coûteuses que l'application de l'herbicide et demandent un savoir-faire nouveau, un investissement en matériel, plus de temps et de main d'oeuvre.

L' I N R A, sur le site d'Epoisses près de Dijon, (140 ha), expérimente depuis 1997, des cultures céréalières sans herbicides. L'agronome Nicolas Munier-Jolin affirme que son blé en expérimentation depuis plusieurs années, affiche des rendements normaux sans engrais ni pesticides de synthèse. Ces essais attirent de nombreux céréaliers conventionnels.

Sont-ils prêts à se convertir à de nouvelles pratiques ?

Comme partout, mais spécialement en agriculture, il est très difficile de se remettre en cause. Les jeunes agriculteurs sont plus enclins à bousculer les mauvaises habitudes et à adopter l'agriculture biologique. Les aides manquent pour stimuler cette transition écologique tant réclamée par la société civile.

Les dirigeants du principal syndicat agricole (F N S E A) sont de gros exploitants conventionnels qui n'ont aucun intérêt à réformer le mode de culture qui les a enrichis. Ils persistent à déclarer que les pesticides, dont le Glyphosate, sont une nécessité. C'est bien cet aveuglement parmi tant d'autres, qui conduit l'agriculture dans l'impasse. Il en est de même pour la viticulture, dont les décideurs institutionnels sont souvent les adeptes d'une industrie viticole sur de grandes surfaces, basée sur la motorisation à outrance et l'usage de pesticides de synthèse. La crise grave que subit la viticulture de masse, tout spécialement à Bordeaux, sur fond de surproduction mondiale, devrait les faire réfléchir (30).

Ne pas anticiper l'inéluctable interdiction du Glyphosate est une erreur fondamentale.

 

(30) Le tonneau (4 fûts de 225 l soit 1200 bouteilles ) de Bordeaux rouge A O C, en  conventionnel se vend entre 650 € et 900 € alors que le même vin A B, se négocie entre 2500 € et 3000 € !

 

POUR UNE AGRICULTURE NOUVELLE

 

Le Glyphosate, qui aux yeux de la majorité agricole, présentait une avancée technologique de pointe, a fourni avec le temps, toutes les preuves que son épandage provoque un désastre écologique à grande échelle et une sur-incidence de maladies chroniques graves : tératologiques, endocrines, cancers... pour les utilisateurs. Son usage démesuré par des épandages aériens aux Etats-Unis et surtout en Amérique du Sud, sur les cultures résistantes, comme « une expérimentation massive in vivo », accélère la prise de conscience de sa dangerosité. Avec le développement exponentiel des cultures P G M, le titre de cette monographie, « Empoisonnement Planétaire », ne semble pas abusif.

L'Europe a su, en son temps, se préserver des cultures brevetées, par une lutte sans merci. Il n'empêche qu'on pulvérise beaucoup de Glyphosate sur des cultures traditionnelles, surtout pérennes (31). La résistance des agriculteurs pour se réformer, comme toutes les compromissions utilisées par Monsanto, ont permis en 2017 sa ré-homologation au forceps, jusqu'en 2022.

Le Glyphosate, pesticide de synthèse mondialement plébiscité restera très certainement comme un cas d'école pour révéler la faiblesse des politiques et de l'état face à la puissance financière et, de fait, au pouvoir d'influence des grands groupes industriels, en l'occurrence agrochimiques.

Ne pas faire, ni recourir aux études de toxicité du Glyphosate avec ses additifs et ne pas révéler les risques graves pour la santé, engendrés par le produit fini, puis nier voire cacher « le savoir inconfortable » livré par des organismes indépendants (C I R C), concernant les effets génotoxiques et tératogènes, tout cela relève de fautes très graves commises par Monsanto. La sanction des condamnations financières n'a pas tardé à s'abattre sur Monsanto. Son « héritier », Bayer, dont l'action s'est effondrée, n'en a pas fini avec les démêlés judiciaires en cours. Le tribunal citoyen de La Haye n'a pas mâché ses mots en parlant d'écocide et de crime contre l'humanité, une accusation dont pourraient répondre les dirigeants de Monsanto, les agences de régulation (E F S A et A N S E S) et les membres de la commission européenne représentant les 18 pays qui ont voté contre l'interdiction des H B G en 2017.

 

(31) en 2018 la France a pulvérisé 90 000 T de pesticides, (soit une augmentation de 21% par rapport à 2017 !), dont 11% de d' H B G.

 

Le libéralisme économique comme moteur de progrès ne peut être érigé en modèle sociétal que s'il est régulé, contrôlé, au niveau européen ou de chaque État quand il s'agit d'autoriser certaines substances chimiques. Qu'il s'agisse des médicaments ou des pesticides, les études de demande d'homologation doivent être financées par l'industrie mais produites par des laboratoires indépendants. Ceux-ci, nommés et contrôlés par l'état, sauront mettre en balance équitable les avantages et la toxicité des substances proposées. Sinon la terre, l'eau, l'air, les nourritures sont pollués et les populations sont mises en danger .

 

Sur un plan général, le maintien à tout prix de l'autorisation des H B G pour des raisons économiques, est comme un symbole de l'impasse dans laquelle notre agriculture (viticulture comprise) se fourvoie. En persistant dans l'idée que celle-ci peut trouver sa place dans le concert mondial du libre-échange (O M C), les dirigeants agricoles de la F N S E A, ont conduit beaucoup de nos paysans à vivre dans la précarité. Les charges qui pèsent sur les prix de revient en France, ne peuvent rendre compétitives nos exportations agricoles tant elles sont tributaires des cours mondiaux.
 

Notre agriculture doit réformer son modèle sur des surfaces d'exploitation (petites et moyennes) compatibles à une production sans intrants de synthèse, pour nourrir la population locale voire nationale.

En renouant avec des savoirs ancestraux ré-inventés, le paysan français, dispose de richesses naturelles (terroir, climat) et acquises par le passé (semences, variétés anciennes et races locales ), pour offrir des produits originaux (A O C, I G P...), de qualité et sains.

Cette voie ne peut s'envisager sans des aides substantielles (financement et formation) à la conversion A B, et sans  une accélération notoire de circuits de distribution locaux, en marge de la grande distribution qui, depuis un demi-siècle, a participé au déclin de notre agriculture.

Les consommateurs qui réclament de plus en plus des aliments A B, doivent accepter d'en payer le prix. Leur santé, comme celle des agriculteurs, en valent la peine.

Il faut compter sur les jeunes générations d'agriculteurs et les néo-paysans (reconverti(e)s), pour qu'ils soient l'avenir de nos campagnes.

 

Je ne me considère absolument pas comme un prêcheur de l'apocalypse mais comme un lanceur d'alertes, parmi d'autres, qui a une conscience accrue de l'état de notre agriculture, engendré par le mode industriel et par les dangers conjoints des pesticides de synthèse, dont le Glyphosate est un archétype.

 

« Ce qui m'effraie, ce n'est pas l'oppression des méchants mais l'indifférence des bons. » Martin Luther King

 

Franck Dubourdieu

Décembre 2019

 

Listes des acronymes

 A D N, Acide DésoxyriboNucléique (molécule support de l’information)

A M P A, Acide aminoMéthylphosphonique

A M M, Autorisation de Mise en Marché

A N SE S, Agence Nationale de Sécurité alimentaire, de l'Environnement et du travail

A M L P, Alerte Médecins Pesticides 

A M M, Autorisation de Mise en Marché

A R N, Acide RiboNucléique ( support intermédiaire des gènes pour synthétiser les protéines)

C I R C, Centre International Contre le Cancer

C M R, Cancérigène, Mutagène, Reprotoxique

D J A, Dose Journalière Admissible

E F S A, European Food Safety Authority, autorité européenne de sécurité alimentaire

F N S E A, Fédération Nationale des Syndicats d’Exploitants agricoles

G T F, Glyphosate Task Force

H B G, Herbicides à Base de Glyphosate

I N R A, Institut National de la Recherche Agronomique

INSERM, Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale

O G M, Organisme Génétiquement Modifié

O M S, Organisation Mondiale de la Santé

O N G, Organisation Non Gouvernementale

O R A, Observatoire Régional de l’Air devenu ATMO  Nouvelle Aquitaine

P G M, Plantes Génétiquement Modifiées

Bibliographie  

« OGM tout s’explique » Christian Velot, docteur en biologie, chercheur en génétique. Ed. Goutte de Sable, 2009, 240 p. 

« Evaluation des risques à long terme des Herbicides à Base de Glyphosate sur la santé humaine ». Pierre-Louis Rainaud, thèse de Doctorat en pharmacie, 2013, Université de Limoges. Disponible sur internet.

« Rendre visible et laisser dans l'ombre. Savoir et ignorance dans les pratiques de santé ».
Jean-Noël Jouzel et François Dedieu . Revue française de sciences politiques, 63 (1), 2013, p. 29 - 49.

« Lobbytomie. Comment les lobbies empoisonnent nos vies et la démocratie ». Stéphane Horel, journaliste au journal Le Monde. Ed. La Découverte, 2018, 370 p.

« Le crime est presque parfait ». Fabrice Nicolino. L'enquête choc sur les pesticides. Ed. Les liens qui libèrent, 2019, 256 p.

« Gouverner un monde toxique ». Nathalie Jas et Soraya Boudia. Ed. Quae, 2019, 124 p.

« Pesticides » « Comment ignorer ce que l’on sait ». Jean-Noël Jouzel, sociologue, chargé de recherche en santé environnementale au C N R S. Sciences Po, Les Presses, 1019, 261 p.

Articles de journaux

Glyphosate : pourquoi la cacophonie persiste sur l’herbicide controversé. Selon un inventaire inédit, presque aucune étude de l’industrie ne trouve d’effet génotoxique au Glyphosate, au contraire des travaux indépendants. Par Stéphane Foucart. Publié dans le Monde le 15 janvier 2019.

 « Glyphosate : comment s’en sortir » : stupeurs et tremblements. Un impitoyable reportage du magazine « Envoyé spécial » est consacré à l’herbicide de la firme Monsanto. Par Stéphane Foucart. Publié dans le Monde le 17 janvier 2019.

« Le Glyphosate, vrai poison  ou  faux sujet  ? Petit manuel pour comprendre le débat sur l’herbicide controversé » . Difficile de s’y retrouver dans les discussions sur l’herbicide controversé. Les Décodeurs font le point sur ce que l’on sait des risques qu’il pose pour la santé humaine et l’environnement. Par Adrien Senecat. Publié dans le Monde le 28 juin 2019.

Retour à l'accueil

À propos

Franck Dubourdieu

Œnologue-Consultant, critique indépendant, bloggeur

Commenter cet article

Mallier 16/01/2020 12:02

Très bon article de fond. Comme toujours.
Merci beaucoup Franck